deviné


deviné

⇒DEVINÉ, ÉE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de deviner.
II.— Adjectif
A.— OCCULT. [Correspond à deviner A; en parlant de qqc. qui est ignoré ou caché] Qui est découvert par divination, en sortant des voies ordinaires de la connaissance par le recours à des procédés occultes, à des pratiques magiques.
En partic. [En parlant de qqc. qui se situe dans le futur] Qui est prédit par divination.
Rem. Pour ce sens et son emploi partic., cf. Lar. 19e et LITTRÉ.
B.— Usuel. [Correspond à deviner B]
1. Domaine concr. [En parlant de qqc. ou qqn] Qui est distingué, vu, reconnu avec plus ou moins de précision. Ni brume ni soleil! le soleil deviné, Pressenti (VERLAINE, Œuvres compl., t. 2, Amour, 1888, p. 20). Bleuâtres et devinées, la Gryonne, l'Avençon, la Grande Eau, très bas dans les brumes du début du soir (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 471).
2. [En parlant de qqc. que l'on ne sait pas et que l'on cherche à connaître le plus souvent] Qui est découvert par des voies diverses (intuition, perspicacité, observation, comparaison, interprétation, supposition, conjecture, etc.) mais en dehors de raisons démonstratives, en ayant cependant le sentiment d'être dans le vrai. Un cœur où toutes les douleurs devinées avaient eu leur écho (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 259).
En partic. [Ce qui est deviné n'est pas un obj. de connaissance présent] Qui est prévu, pressenti, imaginé avec plus ou moins de précision. Les océans s'ouvraient au loin, les étoiles pleuvaient sur la terre, la poésie des mondes devinés ravissait ces enfants (FAURE, Hist. art, 1914, p. 401) :
Ta Galatée, ô Grec! n'était point une fable!
Ce n'est pas ta statue au marbre radieux
Qui s'anima pour toi sous le souffle des dieux.
Non. Mais ils t'ont permis, ton œuvre terminée,
De rencontrer alors la femme devinée!
DIERX, Poèmes et poésies, Stella Vespera, 1864, p. 80.
3. Domaine abstr. [En parlant de qqc. que l'on devine chez qqn] Qui est distingué, reconnu plus ou moins confusément chez quelqu'un bien que cela ne soit pas apparent, évident; qui est pressenti, entrevu; dont on prend plus ou moins conscience. Sa silhouette de frêle statuette grecque et la délicatesse devinée de son corps gracile (BOURGET, Disciple, 1889, p. 177).
Fréq. abs. littér. :1 338. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 888, b) 2 206; XXe s. : a) 1 922, b) 1 740.

Encyclopédie Universelle. 2012.